Basilique Saint-André

Bâtiment d'Ambassade du Duché de Bourgogne (Royaumes Renaissants)
 
AccueilS'enregistrerConnexion

La Basilique gèle le recrutement de diplomates et ne traite plus de candidatures. Ambassadeurs étrangers, merci de vous présenter au Hall d'Accueil.


Partagez | 
 

 Dénonciation du Concordat de Mervans - 1.02.1461

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cuche
Diplomate Émérite
Diplomate Émérite
avatar

Nombre de messages : 1456
Localisation : Joinville
Date d'inscription : 02/11/2009

MessageSujet: Dénonciation du Concordat de Mervans - 1.02.1461   Jeu 6 Fév - 10:03

Antonio a écrit:
Citation :






    La raison n'est pas la propriété des membres du Clergé



    De Nous, Aryanha Farnese, Régente de Bourgogne,

    A tous ceux qui la présente annonce liront ou feront lire,
    Aux fidèles et loyaux bourguignons,
    Aux clercs de l'Eglise aristotélicienne,
    Salutations.



    Qu'il soit su que nous ne reconnaissons pas à la Très Sainte Eglise Aristotélicienne le droit de gouverner des affaires temporelles au sein du Duché de Bourgogne.
    Nous déplorons fortement le fait que de l'Église ait largement outrepassé les pouvoirs qui lui étaient accordés par le Concordat de Mervant sis à l'article I "Du rôle de l’Eglise dans l’organisation temporelle du Duché".
    Item que l'Église ne reconnait plus la Bourgogne comme Aristotélicienne contrairement à la reconnaissance faite entre ces deux parties dans le préambule dudit Concordat de Mervans.

    Qu'il soit su qu'en conséquence, en ce premier jour de février, nous dénonçons le Concordat de Mervans liant l'Eglise aristotélicienne à la Bourgogne et suspendons les prérogatives et pouvoirs qui en découlent tant que le discours de la Sainte Église restera un discours de haine et de guerre vers la Bourgogne. Dès ce jour et jusqu'à amélioration des relations, il n'aura donc plus aucune valeur sur les terres bourguignonnes.

    Les propos tenus par plusieurs membres du Clergé de Bourgogne, à savoir, leur incitation à la violence et à la haine envers la Couronne de France mais aussi envers la Régence bourguignonne, nous semblent contraires aux valeurs prônées et enseignées par la religion Aristotélicienne et aux valeurs de la Bourgogne.
    Dès lors, cette décision était inévitable.

    Cependant, nous tenons à réaffirmer que la Bourgogne se veut toujours être un territoire Aristotélicien. Les évènements qui se sont produits et se produisent depuis quelques semaines résultent de conséquences temporelles et non spirituelles sur lesquelles l'Église n'a pas à intervenir.


    Par ailleurs, qu'il soit su également que Monseigneur Fitz par un discours haineux appelant au bain de sang, s'égare, selon nous, totalement du rôle qui est le sien. Au lieu de guider les âmes vers le salut, il prêche la haine, le meurtre par le mensonge, la duplicité, la colère et l'agressivité. Ces valeurs étant en totale opposition avec celles des Saintes Écritures, un évêque, a fortiori premier vice primat de France, ne pouvait rester dépositaire d'une maison de dieu. C'est pourquoi nous avons décidé ne plus reconnaître Monseigneur Fitz, évêque du Diocèse de Nevers, comme guide spirituel. En attendant, nous confions nos âmes au Très-Haut et prions pour que celles-ci soient au plus vite confiées à un évêque qui saura ramener le calme et guider les bourguignons vers la paix et non vers la violence !
    Monseigneur Fitz, guide et gardien des brebis du Très Haut, appelait tout simplement à un méchoui. Tel un végétarien qui subitement gloutonne de la viande crue, la Régence l'a mis a la diète."

    Le Père Waleran, curé de Tours, a accepté la demande de la Régente de venir prêcher la bonne parole à Nevers et de veiller au salut des bonnes âmes selon les Saintes Écritures, dans l'attente d'un prélat orthodoxe, bienveillant et pacifiste nommé par l'Église. Contrairement a Monseigneur Fitz, il n’appellera ni à la guerre ni aux armes mais à la paix et prônera l'amitié aristotélicienne, chose qui faisait désormais défaut à Monseigneur Fitz.

    Il veillera au salut des âmes et n’appellera pas à les faire comparaitre manu militari devant le jugement du Très Haut.

    "Quand il n’y a plus d’espoir, il reste toujours l’amitié" (Citation de l'Archange Saint-Georges)


    Que le Très-Haut et Saint Bynarr protègent la Bourgogne et les bourguignons !


    Rédigé par Antonio Licors, Seigneur de Fraize, Porte-Parole ;
    Signé et scellé par Aryanha Farnese, Régente de Bourgogne ;
    Le premier jour du mois de février de l'an 1461 à Dijon, capitale du Duché de Bourgogne.








Lilouanne a écrit:
Citation :


De Nous, Crezus De Montestier, Duc de Bourgogne, dict « Le Fertile »

♦♦ DENONCIATION DU CONCORDAT DE MERVANS ♦♦

A tous ceux qui la présente déclaration liront ou se feront lire,
Salutations.

Annonçons par la présente, que Nous dénonçons immédiatement le Concordat de Mervans liant le duché de Bourgogne à l'Eglise Aristotélicienne et Romaine. Considérant que les multiples limitations d’esprit et de formulation dudit Concordat, furent - et sont, une plaie béante en Notre sein, Nous sommes, en l’état, forcés de constater, avec déplaisir, l’immixtion malvenue de l’Eglise en nos affaires concomitamment à cette malversation légale. N’étant pas touché par le défaut de procrastination, il est de Notre devoir de sceller de cire, lors et maintenant, cette faiblesse malsaine.

Qu’il soit su et dit que, la Bourgogne, demeure terre aristotélicienne, et œuvrera sans relâche à la stabilité et à l’unité du Royaume au côté de Celui qui a su la reconnaître comme sa fidèle vassale. Nous en profitons donc pour réaffirmer avec force Notre volonté de discussion, et ne Nous considérant pas comme le meilleur diplomate pour mener à bien ces discussions théologiques, politiques et d’influence entre les autorités ecclésiastiques et aristotéliciennes de France ou romaines, Nous proposons ainsi l'ouverture d'un conseil du Culte composé de représentants des deux Eglises dont l’institution sera annoncée ultérieurement.

Que Le Très Haut et Sainct Bynarr continuent de veiller sur la Bourgogne, et Aristote guider Nos actes!

Faict le cinquième jour de juin de l'an de grâce MCDLXI, en le palais des Ducs de Bourgogne :
Rédigé, signé et scellé par sa Grasce Crézus de Montestier, Duc de Bourgogne.


Revenir en haut Aller en bas
 
Dénonciation du Concordat de Mervans - 1.02.1461
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vendredi 4 Janvier 1461 - Aucune embauche
» Santiagoriccardo - Révolte - Varennes le 05/05/1461
» Phelim Lyon 25/02/1461
» [RP] Ivs Bvrgvndiae (ou lois bourguignonnes)
» LOIS D'ORLÉANS - MaJ Septembre 1461

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Basilique Saint-André :: Bibliothèque & Aile des Traités :: Les Traités Bourguignons :: Traités Divers-
Sauter vers: