Basilique Saint-André

Bâtiment d'Ambassade du Duché de Bourgogne (Royaumes Renaissants)
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Ambassadeurs étrangers ou futur ambassadeur Bourguignon, merci de vous présenter au Hall d'Accueil.


Partagez | 
 

 Un plus une font deux Comtois.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astree.

avatar

Nombre de messages : 3
Localisation : Dôle
Poste(s) : Ambassadrice de Franche-Comté
Date d'inscription : 11/07/2016

MessageSujet: Un plus une font deux Comtois.   Lun 11 Juil - 14:08

    On pourrait appeler ce roman « La malédiction de la Diplomatie ». Entre la maladie qui avait frappé à tour de rôle le Chancelier et la toute nouvelle Ambassadrice de Bourgogne, j'ai nommé l'Ingénue, le voyage en Bourgogne a été retardé, et retardé encore. Les deux protagonistes auraient bien pu finir par abandonner leurs projets, désespérés, mais c'était sans compter leur ténacité et la patience hors-pair dont ils savaient faire preuve. Le samedi, l'Innocente s'était tordue la cheville, on est chanceux ou on ne l'est pas, l'empêchant de rejoindre le lieu de rendez-vous pour le voyage. Deux jours plus tard, elle était rétablie, ou peu s'en faut, et seul un léger boitillement témoignait encore de la récente blessure.

    Pour autant, impossible pour elle de chevaucher. C'est donc un moyen de transport plus confortable qui fut choisi par nos deux compères afin de rejoindre Vézelay. Ce voyage attendu depuis plusieurs mois tombait à pic, car ces quelques instants à deux leur permirent de se retrouver, après une longue partie de cache-cache.

    - Excellence, il est de mon devoir de vous dire : il est grand temps que nous arrêtions de nous éviter. Ces moments à deux sont trop rares à mon avis. J'ai même pratiquement oublié le goût que peut avoir l'hydromel, c'est un drame ; ne trouvez-vous pas ?

    Observant l'extérieur, le visage de la Bénoïc ne cessait de s'illuminer à la vue des paysages inconnus qui s'offraient à elle. C'était la première fois qu'elle voyageait aussi loin, et elle y voyait l'occasion de découvrir un monde bien trop vaste pour une si petite personne. Le Très-Haut n'avait pas fait les choses à moitié en créant la Terre. Tant de richesses à portée de regard.

    - Parlez-moi encore de la Bourgogne, s'il vous plaît.

    Et le regard d'ambre de l'Ingénue de venir s'ancrer à celui du Chancelier, tête à demi penchée, impatiente de boire ses paroles, lui qui connaissait bien plus le monde qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Cesare
Émissaire Étranger
Émissaire Étranger
avatar

Nombre de messages : 40
Localisation : Dole
Date d'inscription : 01/04/2016

MessageSujet: Re: Un plus une font deux Comtois.   Mer 13 Juil - 15:17

Ils étaient enfin sur les routes. Partageant la même voiture, ils n'avaient été aussi longtemps ensemble. Et pourtant le voyage était loin d'être désagréable. C'est alors qu'une scène particulière aura marqué le plus Cesare durant le transport. Astrée lui demandait de se revoir plus fréquemment, comme autrefois.

Je suis du même avis que vous. Nous vivions de très bons moments, et je ne m'en suis jamais lassé, dit-il doucement, souriant légèrement à la dernière phrase de son ambassadrice. Je pense en effet que nous en sommes arrivés, indubitablement, au drame. Je vous promets que nous nous retrouverons lorsque nous rentrerons. En attendant, la Bourgogne est un pays du vin. J'espère que vous pourrez goûter à ce qu'ils nous proposerons.

Il l'observait regarder au dehors, heureux de voir son visage radier par le bonheur de ce qu'elle pouvait découvrir. C'est alors qu'elle lui demanda de lui conter la Bourgogne. Notre héro s'en amusa. Il savait qu'elle en saurait plus que lui d'ici peu de temps, mais pourtant elle semblait vouloir apprendre de lui. Elle le fixa, et sans dire un mot, lui regarda au dehors, pour y trouver une réponse. Il reconnu ainsi les coteaux proches de Vézelay. Le voyage n'avait jamais été aussi rapide, et pourtant il a duré autant de temps que les précédents. Continuant de regarder au dehors, il répondit ainsi :

Je crois que vous allez très vite tout découvrir. Nous sommes arrivés.

Il allait lui sourire lorsqu'en apercevant sa tête à demi penchée, il se figea quelques secondes, l'esprit perdu, le regard vide. Le temps qu'il se reprenne, on pouvait déjà distinguer la basilique qui grandissait tant qu'ils s'en approchaient. Quelques instants plus tard, le chariot était arrêté. Cesare descendit en premier, et tendit sa main à l'innocente pour l'aider à descendre.

À partir de maintenant, je ne suis plus qu'un observateur. je vous laisse tout mener.
Revenir en haut Aller en bas
Astree.

avatar

Nombre de messages : 3
Localisation : Dôle
Poste(s) : Ambassadrice de Franche-Comté
Date d'inscription : 11/07/2016

MessageSujet: Re: Un plus une font deux Comtois.   Ven 15 Juil - 20:45

    Le pays des vins. De belles découvertes en perspective, évidemment. C'est en partie ce qui l'avait mené à postuler à la Chancellerie. Pas un goût latent pour l'alcoolisme, car elle en était loin pour l'heure ; mais une envie vibrante de découvrir tout ce que le monde avait à offrir, envie que le Chancelier semblait avoir cerné à merveille.

    - J'y compte bien, en effet. Après tout, c'est aussi le rôle d'une Ambassadrice que de connaître les spécialités de sa Province d'affectation, n'est-ce pas ? Quoi de mieux pour cela que l'expérimentation !

    Pas le temps d'enchaîner. Arrivés ? Mais ne venaient-ils pas tout juste de partir ? A peine le temps de tourner à nouveau le regard vers l'extérieur, qu'elle distinguait à son tour la basilique où ils arriveraient incessamment sous peu. Fatalement, l'appréhension fit son apparition. Se montrerait-elle à la hauteur de la mission qui était maintenant la sienne, ou décevrait-elle son observateur qui n'allait rien louper des échanges à venir ?
    S'aidant de la main serviable, l'Ingénue descendit à son tour, veillant à poser le pied qui n'aura pas subi la vilaine foulure en premier au sol, afin d'éviter de se ridiculiser en tombant bêtement.

    - Merci Excellence.

    Acquiesçant aux dernières paroles, elle fit quelques pas en direction de la personne en charge de l'accueil, tendant sa lettre de créance, précieusement gardée avec elle depuis le jour où elle l'avait reçu. Un sourire empreint de douceur, l'Ingénue laissa sa timidité au placard afin de faire les présentations.

    - Bonjour à vous. Astrée de Bénoïc, nouvelle Ambassadrice de Franche-Comté, affectée à la Bourgogne. Je suis accompagnée de notre Chancelier, Son Excellence Cesare Copona. Nous souhaitons rencontrer mon Homologue, ou à défaut une personne pouvant nous recevoir à sa place.

    Citation :


    Lettres de créance


    À mon éminent homologue,
    Aux dignitaires étrangers,
    À tous ceux qui liront et qui se feront lire,





    Qu'il soit connu de tous, que nous, Cesare Aristotele Ermes Copona, chancelier de Franche-Comté, désireux de maintenir, développer et solidifier les bonnes relations qui existent si heureusement entre la Franche-Comté et le duché de Bourgogne, décidons d'accréditer auprès de Son Excellence Dame Astrée de Bénoïc en qualité d'Ambassadrice Ordinaire.

    Les qualités, les facultés et les capacités de Dame Astrée de Bénoïc nous sont de sûrs garants du zèle qu'elle mettra à s'acquitter de la haute mission qui lui incombe de manière à obtenir la confiance de Votre Excellence et à mériter par là-même notre approbation.

    C'est dans cette conviction que nous prions Son Excellence de bien vouloir lui accorder un accueil bienveillant et d'ajouter foi et créance à toutes les communications qu'elle Lui fera de notre part et au nom de la Franche-Comté, surtout lorsqu'elle exprimera les assurances de notre haute estime et les meilleurs vœux que nous formons de Son bonheur personnel et pour la prospérité et la paix de Son peuple.

    Puisse une collaboration fructueuse naître entre les deux Etats.




    Rédigé et scellé au Château de Cléron, le quinzième jour du mois de Mai de l'an de Grâce mil quatre cent soixante-quatre (Id. Mai. MCDLXIV AD)





    Sur un sourire poli, elle s'arrêta de parler, glissant l'ambre de son regard vers le Chancelier, cherchant une approbation silencieuse pour cette première élocution. C'est la cour des grands pour cette ambassadrice néophyte !
Revenir en haut Aller en bas
Septimus
Chambellan
Chambellan


Nombre de messages : 55
Localisation : Chalon
Date d'inscription : 26/03/2016

MessageSujet: Re: Un plus une font deux Comtois.   Sam 16 Juil - 1:49

Le garde en charge de l'accueil grommelait un peu. Depuis que Vonalfred, le grouillot de la Basilique Saint-André avait disparu il y a quelques années, il avait échu de ce poste qu'il n'aimait point. Souvent, il recevait des ambassadeurs bedonnant ou pire, devait avoir à rendre compte à celui que tout le monde ici appelait "Le Patron". Alors que l'on s'avançait vers lui, il haussa les yeux, et put les poser sur une petite blonde qu'il trouvait fort à son goût. Pour une fois, ce poste n'avait pas que des inconvénients. A tel point qu'il en oubliait totalement le minet qui se trouvait avec elle. Encore que la perspective qu'il fut un hôte de marque et que ce dernier fit un scandale le ramena au principe de réalité, à savoir que "Le Patron" allait lui faire tâter de la bastonnade. Il tenta de prendre son accent le plus distingué.

-'Xcellences, l'bonjour d'huy.

Il prit le parchemin et ne sachant pas lire se trouva bien embêté. En plus, il était fortement imbibé. Autant dire que pour une première, la jeune fille devait être servie.


-'Tendez là, 'vais quérir L'Chamblan.

Il salua un peu gauchement, et fila en titubant. Un peu inquiet car généralement Le Patron n'était pas très sympathique avec lui.

Septimus, car ce patron avait un nom, se trouvait plongé dans une étude très sérieuse dans la salle des cartes de la Basilique. Le taciturne Chambellan grinça des dents lorsqu'il reconnu Narquin, le garde ivrogne de l'entrée de la Basilique. Il lui fit signe de s'approcher, eut un rictus de dégoût.


-Vous empestez le mauvais vin.

Le garde allait s'excuser lorsqu'il geste de Septimus vint lui intimer le silence.

-Ne réponds pas, je ne te posais pas une question, maraud. Donne moi ça.

Il lui arracha presque le papier des mains, et le parcouru, puis lança un regard noir au garde.

-Imbécile. Fiche le camp. Va dire aux domestiques de préparer une bouteille de Beaune. Si tu chipes, je te coupe la main. Va.

Il le congédia d'un geste agacé de la main. Puis soupira. Il se leva et, toujours vêtu tout en noir, dirigea son grand corps maigre vers là où il était attendu. Sa longue cape bouffant l'air de son pas rapide et formait donc une sorte d'envergure qui emplissait largement le couloir. Il arriva devant l'ambassadrice présumée et...Cesare. Le Chancelier était venu en personne? C'était peu commun.

-Votre Excellence Cesare. Le bonjour vous va. Ainsi donc vous êtes sorti du chateau de Dole pour venir en la Basilique Saint-André.

Il posa ensuite son regard bleu sur la nouvelle ambassadrice.

-Excellence, soyez la bienvenue. Je suis son Excellence Septimus de Valyria, Chambellan de Bourgogne. Ainsi que votre homologue puisque je m'occupe personnellement des relations entre le Duché de Bourgogne et la Comté-Franche.

Il fit un geste et dans son dos un domestique amena une bouteille de vin rouge qu'il porta à l'ambassadrice.

-Voici une bouteille de vin de Beaune, un des meilleurs du duché, il provient de ma cave personnelle. Considérez cela comme un cadeau de bienvenue que je vous fais pour votre arrivée en nos murs et que vos lettres de créances sont vue et bien enregistrée.
Revenir en haut Aller en bas
Astree.

avatar

Nombre de messages : 3
Localisation : Dôle
Poste(s) : Ambassadrice de Franche-Comté
Date d'inscription : 11/07/2016

MessageSujet: Re: Un plus une font deux Comtois.   Mar 19 Juil - 13:36

    L'homme qui récupéra sa lettre de créance puait, véritablement. Impossible pour la jeune femme de décrire précisément l'odeur qui émanait de lui, puisqu'en fille de bonne famille, elle ne s'était jamais retrouvée en présence d'un homme ivre, e ne buvait elle-même que du bon vin. Toujours est-il que l'odeur, bien qu'incommodante, ne fut nullement relevée par la Bénoïc, bien trop polie pour oser faire une remarque à ce propos. Le regard qu'elle lança néanmoins au Chancelier lorsque le garde prit la direction de l'intérieur des locaux fut plus qu'éloquent, les narines délicates de l'Ingénue furent mises à rude épreuve par le maraud.

    L'attente, fort heureusement, lui permit de se débarrasser de l'agression olfactive, pour se recomposer un visage serein et bienveillant lorsque le Chambellan fit son apparition. L'homme était impressionnant, mais la nouvelle Ambassadrice ne se démonta pas. Si sa fragilité était avérée, elle n'avait pas à rougir de ses capacités d'adaptation aux situations. Réceptionnant la bouteille de vin, un sourire chaleureux vint prendre place sur le visage juvénile : les hommes savaient décidément comment lui faire plaisir.

    - Votre Excellence, permettez-moi de vous remercier pour votre accueil digne de la réputation bourguignonne. Soyez assuré que ce vin sera dégusté et apprécié pour ce qu'il est. Je suis ravie de pouvoir discuter directement avec vous, je gage que nos deux Provinces sauront tirer les bénéfices de nos échanges. Puis-je poser une question ? Êtes vous de la même famille que Son Éminence Arnarion de Valyria-Borgia ?

    Petite entrée en matière. Du vin et de la religion dans un même propos, comment douter alors du bien-être de la Bénoïc en cet instant ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un plus une font deux Comtois.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un plus une font deux Comtois.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un deux trois, trois p'tits chats ! (Pour le plaisir, la vidéo d'Adibou)
» Un.. Deux... Trois... Ciseaux !
» Deux chats abadonnés à adopter !
» Une Grosse Cochonne toute mouillée se fait tirer par 2 mecs
» Deux bras supplémentaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Basilique Saint-André :: Hall d'Accueil et d'Information-
Sauter vers: